Une résolution américaine ayant pour objectif de prolonger l’embargo sur les ventes d’armes en Iran a été rejetée, vendredi, par le Conseil de sécurité des Nations unies. Les États-Unis ont dénoncé un vote « inexcusable », avant d’annoncer vouloir déclencher un retour imminent au régime de sanctions internationales contre la République islamique.

Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU) a rejeté, vendredi 14 août, une résolution américaine visant à prolonger l’embargo sur les ventes d’armes à l’Iran, qui expire en octobre. Un rejet qui a suscité la colère des États-Unis. Ces derniers ont dénoncé un vote « inexcusable ».

Seuls deux pays ont approuvé le projet de Washington, a annoncé l’Indonésie, qui préside cette instance. Deux autres, la Russie et la Chine, ont voté contre et les onze membres restants du Conseil se sont abstenus, parmi lesquels la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

La République dominicaine a été la seule — avec les États-Unis — à avoir voté en faveur du texte. Si celui-ci avait obtenu neuf voix favorables, Pékin et Moscou auraient certainement opposé leur veto, mais cela n’a pas été nécessaire.

L’ONU « a échoué à remplir sa mission fondamentale »

« Les États-Unis n’abandonneront jamais nos amis dans la région qui attendaient davantage du Conseil de sécurité », a réagi dans un communiqué le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo. « Nous continuerons à travailler pour faire en sorte que le régime théocratique terroriste ne soit pas libre d’acheter et de vendre des armes qui menacent le cœur de l’Europe, du Moyen-Orient et au-delà », a-t-il déploré.

Selon le secrétaire d’État, l’ONU, qui regroupe notamment les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni et France), « a échoué aujourd’hui à remplir sa mission fondamentale », à savoir « maintenir la paix et la sécurité internationales ». Le Conseil de sécurité « a rejeté une résolution raisonnable pour prolonger un embargo sur les armes en Iran vieux de treize ans et a ouvert la voie à ce que le principal État soutenant le terrorisme au monde puisse acheter et vendre des armes conventionnelles sans restrictions de l’ONU, pour la première fois depuis plus d’une décennie », a-t-il déploré, estimant qu’il était ainsi allé à l’encontre du souhait de nombreux pays arabes et d’Israël.

De son côté, Téhéran a salué, samedi, le vote du Conseil de sécurité de l’ONU. « Depuis soixante-quinze ans d’histoire des Nations unies, l’Amérique n’a jamais été si isolée », a écrit sur Twitter le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *