lun. Juil 26th, 2021

Les experts du climat annoncent des « impacts irréversibles » si la hausse des températures est supérieure à 1,5°C, selon un pré-rapport dévoilé par l’AFP et qui n’est toutefois pas destiné à être publié tel quel.

Il y a urgence. Pénurie d’eau, exode, malnutrition, extinction d’espèces… Un réchauffement climatique durable supérieur au seuil de +1,5 °C aurait des « impacts irréversibles pour les systèmes humains et écologiques », avertit un projet de rapport des experts du climat de l’ONU obtenu en exclusivité par l’AFP mercredi 23 juin. Quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, ces impacts vont s’accélérer et devenir douloureusement palpables bien avant 2050, assure le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) dans ce document de 137 pages. Voici ce qu’il faut retenir de ce résumé technique, qui n’en est encore qu’au stade de projet. Le texte définitif ne sera officiellement publié qu’en février 2022, après son approbation par consensus par les 195 Etats-membres.

Le réchauffement climatique touchera directement et fortement les habitants des villes côtières. En 2050, des centaines de millions d’entre eux, de Bombay (Inde) à Miami (Etats-Unis), et de Dacca (Bangladesh) à Venise (Italie), seront menacés par des submersions plus fréquentes, provoquées par la hausse du niveau de la mer, qui entraînera à son tour des migrations importantes. Environ 10% de la population mondiale et des actifs vivent à moins de 10 m au-dessus du niveau de la mer, notent les experts du Giec. Pour certaines mégalopoles, les conséquences pourraient se faire sentir très vite, du vivant des populations actuelles.

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *