lun. Juil 26th, 2021

Le variant Delta est devenu largement majoritaire à Moscou, l’un des principaux foyers de contamination du pays, et la campagne vaccinale patine.

« Cela faisait un moment que nous en parlions. Maintenant, on y est », a expliqué mercredi 30 juin l’épidémiologiste Alexander Gorelov, cité par l’agence russe Tass (en anglais). Une nouvelle vague épidémique de Covid-19 est arrivée en Russie et son bilan humain s’annonce encore plus lourd qu’en janvier. Pour le cinquième jour d’affilée, samedi 3 juillet, le triste record du nombre de morts du Covid-19 a été battu : 697 nouveaux décès liés au Covid-19 ont été enregistrés en 24 heures par les autorités russes. Dimanche, 663 morts supplémentaires ont été enregistrés et 25 142 nouveaux cas ont été détectés en 24 heures, un record depuis le 2 janvier.

Les services hospitaliers se remplissent de malades du Covid-19 et pourraient bientôt être saturés. Les chiffres avancés par ces derniers sont toutefois à prendre avec précaution : depuis le début de l’épidémie, des démographes accusent les autorités de minimiser le bilan de la pandémie, pointant l’écart entre les morts recensés par le Kremlin et ceux des instituts de statistiques, rappelle la BBC (en anglais).

Minimisés ou non, les chiffres illustrent une tendance préoccupante : depuis mi-juin, le virus circule plus vite et tue davantage. Ce regain épidémique pourrait s’expliquer en grande partie par la progression du variant Delta, identifié en premier lieu en Inde. Présent en Russie, mais aussi en France ou encore au Royaume-Uni, ce variant est considéré par les scientifiques comme 40 à 60% plus contagieux que le variant dit Alpha, qui s’est répandu en Europe en début d’année 2021, déjà bien plus contagieux que la souche originelle du Sars-CoV-2.

Encore minoritaire il y a quelques semaines, le variant Delta est désormais prédominant à Moscou, principal de foyer de l’épidémie en Russie, où il constituait fin juin près de 90% des nouveaux cas, selon le maire de Moscou, Sergueï Sobianine. Il est en passe de devenir « le variant le plus prévalent en Russie, car il est le plus contagieux », explique Alexander Gorelov à l’agence russe TASS (en anglais).

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *