lun. Juil 26th, 2021

Sans suspense, les Jeux olympiques d’été de 2032 ont été attribués à la ville australienne. Il faut dire que ses adversaires avaient retiré leur candidature.

C’était couru d’avance. Le Comité international olympique (CIO) a choisi mercredi 21 juillet la ville de Brisbane, dans l’Etat du Queensland en Australie, pour organiser les Jeux olympiques d’été de 2032. Une sélection qui n’a pas posé beaucoup de difficultés, car la métropole australienne était seule en lice dans cette course aux JO, qui n’intéressent plus autant qu’avant. Décryptage.

Plusieurs villes avaient initialement montré un intérêt auprès des instances olympiques pour organiser la 35e édition des JO d’été. Parmi elles : Ahmedabad (Inde), Jakarta (Indonésie), Doha (Qatar), Madrid (Espagne) ou encore la région Rhin-Rhur (Allemagne). Si certains prétendants ont retiré leur dossier, d’autres ont choisi de ne pas aller au bout de la procédure et espèrent ainsi tirer parti d’un nouveau système de candidature du CIO, adopté en juin 2019.

Ce système permet en effet un « dialogue continu » avec les villes candidates déçues en vue des autres JO à venir. « Ce mode de désignation laisse de l’espoir à long terme, analyse Jean-Baptiste Guégan, auteur spécialisé en géopolitique du sport. Cela l’impression que tout le monde a sa chance d’organiser les Jeux, tant que l’on respecte le calendrier. » Une tendance qui remonte à « l’arrangement concernant Paris et Los Angeles », souligne le spécialiste, en référence à la décision du CIO de répartir entre ces deux villes les JO d’été de 2024 (prévus à Paris) et ceux de 2028 (à Los Angeles), afin de contenter ces candidates de poids qui convoitaient au départ toutes les deux l’édition de 2024.

« Il y a une volonté du CIO de sécuriser des villes bien en avance, note Jean-Baptiste Guégan. L’objectif, c’est d’avoir une plus grande visibilité sur l’avenir, pour pouvoir bâtir le financement du sport mondial, mais aussi pour rassurer les sponsors et préserver son monopole d’organisation des fêtes olympiques, qui sont des produits à vendre. » A l’annonce de la sélection de Brisbane, peu de voix se sont d’ailleurs élevées pour critiquer ce choix. « En vue de 2036, personne n’a intérêt à se fâcher avec le CIO, analyse Jean-Baptiste Guégan. Chacun attend de jouer sa carte. »

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *